BLOG • ACTUS

Le yoga c’est « l’arrêt des perturbations du mental »

- Temps de lecture : 3 minutes

Sutra I.2 – Yogash chitta vritti nirodhah

Le yoga c’est l’arrêt de toutes ces pensées qui nous assaillent et nous troublent.

J’ai observé cette semaine des pensées où je n’étais pas en accord avec moi-même :

  • J’ai accumulé plein de choses à faire et je me suis dit : »je ne vais pas y arriver, je m’organise mal, c’est nul ». Jusqu’où la pensée ne se transformera pas en « je suis nulle » ?
  • Des imprévus : le Covid s’est invité dans notre foyer. « Encore un truc qui me retarde ! Je ne peux pas contrôler ! »
  • Dispersion dans les activités : je dois écrire un texte, mais je préfère lancer une machine. Je dois appeler un élève et je me mets en retard en lisant un livre pour une prochaine formation à animer.
  • C’est la réflexion de mon mari parce que je me plains de mon organisation.

Autant de choses qui m’ont amenée à créer des tensions mentales.

  • Comment je reçois ce qui m’arrive ?
  • Comment je crée des situations pour me mettre moi-même en retard ?
  • Qu’est-ce qui fait que je me fabrique des sources de stress ?
  • Quel bénéfice personnel je trouve à être dans le stress ?

Des questions auxquelles je vais tenter de répondre.

Notre cerveau est un merveilleux organe. Il stocke des milliers d’informations et il nous permet de raisonner pour répondre à nos besoins. Il est le lieu de réception des informations que nous avons emmagasinées depuis notre naissance. Et nous avons ainsi une multitude de données qui vont de : comment lacer nos chaussures à comment nous faire un bon repas, en passant par la respiration, notre cœur qui bat, écrire un texte pour un blog,…

Bref, le cerveau est la tour de contrôle de notre corps, de nos actions, et il stocke toutes nos pensées, liées à nos expériences. De là à ce que nos pensées deviennent des conditionnement, il n’y a qu’un pas.

Il suffit qu’une parole ait été dite, qui nous ramène, de manière inconsciente, dans un moment de notre vie, et nous allons reproduire une manière de fonctionner qui va entrainer des perturbations.

Personnellement, j’ai identifié un travers : faire les choses au dernier moment. D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours fonctionné de cette manière. A l’école, je faisais mes devoirs au dernier moment. Je préparais mon cartable de musique à l’instant où je devais partir.

Quel bénéfice secondaire je pouvais bien trouver à ce fonctionnement ?

Peut-être le fait qu’une mère très prise par son activité professionnelle allait m’aider à me préparer ?  Je détournais ainsi son attention vers moi. Ou encore, passant de longues heures à l’attendre dans ses nombreux retards, à mon tour, je la faisais attendre ?

Le problème, c’est que cette manière de fonctionner est toujours présente dans ma vie. Et aujourd’hui, je n’ai de comptes à rendre,… qu’à moi-même !

Par le yoga j’ai trouvé des éléments de réponse pour sortir de ces conditionnements :

  1. La pratique sur le tapis vient à calmer les pensées pour mieux discerner. Et hors du tapis, les pranayamas, ces exercices de respiration m’aident.
  2. Arrêter les perturbations du mental, c’est me voir agir et accepter mes travers.
  3. Je peux alors voir, petit à petit, comment les corriger.

Voici quelques pistes de réflexion pour la semaine à venir :

  • Observer les moments où mes pensées s’emballent et me desservent. Que se passe-t-il ? Qu’est-ce que je ressens ?
  • Qu’est-ce que je peux mettre en place pour être mieux à l’écoute de moi-même ?
  • Si je pratique le yoga, comment favorise-t-il la présence à ce que je fais ?

Un exercice simple, même pour les non pratiquants de yoga :

Assis sur un chaise, Les pieds bien à plat sur le sol, le dos décollé du siège, les bras relâchés, les mains ballantes.

  • Inspiration : lever le bras droit à la verticale,
  • Expiration : venir dans la flexion à gauche, le bras peut être en contact avec l’oreille droite,
  • Inspiration : revenir à la verticale, le bras tendu doigts vers le plafond,
  • Expiration : ramener le bras droit le long du corps.

Inspiration/expiration : accueillir dans l’immobilité.

  • Inspiration : lever le bras gauche à la verticale,
  • Expiration : flexion vers la droite,
  • Inspiration : revenir à la verticale, le bras gauche tendu
  • Expiration : ramener le bras le long du corps.

Cet exercice peut être fait plusieurs fois, tranquillement. Simple et accessible à tous, il va affiner notre écoute intérieure en laissant porter le mouvement par la respiration. L’inspiration débute et le geste suit, l’expiration arrive et le mouvement suivant vient,…

Un excellent moyen pour arrêter les mouvements de nos pensées en détournant l’attention sur autre chose. En portant le regard vers notre souffle puis sur le mouvement.

Bonne semaine à vous.

Isabelle ABBADIE-BAOUSSON

 

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à vous abonner à ma newsletter en vous inscrivant au bas de cette page.
Merci à vous de diffuser auprès des personnes qui pourraient être intéressées par mes publications.

Image Elisa Riva de Pixabay

Retour à l'accueil

Pour recevoir mon actualité, inscrivez-vous...

contact@iabcoachingyoga.fr

06 15 25 73 68

174 Avenue Raymond Naves
Bât C
31500 TOULOUSE

Inscrivez-vous à la newsletter

Ces données ne serviront qu'à vous envoyer la newsletter via MailPoet. Données personnelles

Suivez-moi sur les réseaux sociaux