BLOG • ACTUS

Les pensées perturbent notre silence intérieur…

- Temps de lecture : 3 minutes

Les pensées non calmées entrainent notre agitation interne.

Sutra I.4 – Vrittisārūpyam itaratra
Dans le cas contraire, il y a identification de notre Centre avec l’agitation du mental*

Quand notre mental est apaisé, notre intériorité peut s’exprimer : nos choix sont avisés. Nous n’avons pas à réfléchir, les décisions s’imposent à nous naturellement.

C’est ce qui m’est arrivé en mai dernier, quand j’ai effectué ma retraite au Monastère de Prouilhe. Au bout de deux à trois jours, lorsque mes pensées étaient apaisées, j’ai ressenti la nécessité de revenir dans ce lieu avec d’autres personnes qui auraient besoin de faire le vide, le temps d’un week-end. C’est à ce moment précis que j’ai eu l’idée de créer les week-end « Un Temps pour Soi »**. J’ai découvert un tel calme et une telle joie à être là, que le partage de ces bienfaits avec d’autres était une évidence !

Nous sommes notre meilleur ami et notre pire ennemi.

Quand notre mental est agité, nous manquons de discernement : notre centre est emporté par le flot de nos pensées. Nous déformons la réalité et agissons selon la couleur de nos sentiments, sous le prisme de nos émotions.

En référence à notre persona, selon Jung, nous allons agir selon le personnage que nous créons. Nous inventons un rôle pour répondre à une situation et nous agissons en fonction de l’histoire que nous imaginons.

Je me souviens que lorsque je dirigeais des bijouteries d’un grand groupe, j’endossais, chaque matin, mon uniforme de « Directrice de Bijouterie ». Au fur et à mesure que je me glissais dans mon tailleur noir, enfilais mes talons hauts, peignant mes ongles d’un rouge franc assorti à mon rouge à lèvres, les yeux sertis d’ombre à paupières, je sortais de ma position de jeune mère pour me transformer en femme d’affaire avertie. Je finissais par m’identifier au personnage que je créais.

J’adorais le domaine d’activité. Vendre des bijoux, c’est célébrer un évènement important pour une famille, un couple, une personne. Mais au fond, mon cœur saignait de devoir quitter mon mari et notre fille aînée, ouvrant des blessures d’abandon. J’ai fini par détester tous les samedis où mon métier me séparait des meilleurs moments de vie familiale. Je ne voyais plus que les inconvénients liés à la situation, perdant de vue les avantages du secteur d’activité.

J’éprouvais des tourments à travailler dans un métier passionnant. J’avais mal, devenant cette douleur avec des lombalgies à répétition. J’ai travaillé ainsi, pendant 3 ans, générant un stress inutile.

C’est cette déchirure qui m’a poussée à chercher un autre poste, pour trouver un équilibre familial et apaiser les tensions psychiques et physiques que je fabriquais.

Je m’identifiais à mes pensées, à en créer ma propre souffrance…

 

Côté coaching, pour aller plus loin dans cette réflexion, voici quelques questions à se poser :

  • Comment je me perçois : quelle importance je donne à mon métier, à mon histoire familiale, mon identité personnelle ?
  • Quand je suis embarqué.e par mes émotions, qu’est-ce que je ressens ? Quelles sont les douleurs, les tensions physiques ou psychiques qui se créent ?
  • A quels moments suis-je dans le jugement des autres, de moi ? Quelles sont mes pensées ?

Côté yoga, pour aider à lâcher le mental, voici une pratique :

  • Allongé.e sur le dos, la colonne alignée, dans la position de Shavasana (la détente), portez l’attention sur votre respiration naturelle, sans la modifier.
  • Inspiration : ressentez l’air frais qui rentre à l’entrée de vos narines
  • Expiration : ressentez l’air plus chaud qui ressort de vos narines
  • Au bout de quelques respirations, vous pouvez visualiser un jardin avec des fleurs différentes à chaque coin.
  • Prenez le temps d’observer la première fleur, sa couleur, sa forme, son parfum,… et quand une pensée vous éloigne de la fleur, changez de coin, et partez observer la fleur suivante,…
  • Quand votre mental est apaisé, vous pouvez observer le silence,…
  • Terminez votre méditation en vous étirant avant de vous assoir délicatement.

Cette méditation peut être effectuée assis sur une chaise.

 

Bonne semaine à vous.

Isabelle ABBADIE-BAOUSSON

 

*Traduction Françoise MAZET – Yoga-Sutras Patanjali – Albin Michel – Spiritualités vivantes.

**Voir page : https://iabcoachingyoga.fr/evenements-stages/

 

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à vous abonner à ma newsletter en vous inscrivant au bas de cette page.
Merci à vous de diffuser auprès des personnes qui pourraient être intéressées par mes publications.

Image Canva

Retour à l'accueil

Pour recevoir mon actualité, inscrivez-vous...

contact@iabcoachingyoga.fr

06 15 25 73 68

174 Avenue Raymond Naves
Bât C
31500 TOULOUSE

Inscrivez-vous à la newsletter

Ces données ne serviront qu'à vous envoyer la newsletter via MailPoet. Données personnelles

Suivez-moi sur les réseaux sociaux