BLOG • ACTUS

Se libérer des obstacles à notre liberté intérieure

- Temps de lecture : 3 minutes

Pour entendre la voix de notre conscience, il nous faut éliminer les obstacles que nous nous créons.

Sutra I.32 – Tat-pratishédha-artham éka-tattva-abhyāsah.
“Pour éliminer cela, il faut centrer sa pratique sur un seul principe à la fois. »*

Avez-vous remarqué combien nous sommes dans la souffrance, quand nous sommes sous l’emprise de notre mental ?

Nos pensées ne cessent de nous embarquer dans les méandres les plus obscurs de nos souvenirs. Nous sommes sous l’emprise de nos divagations.

Nous pensons souvent que nous devons faire plusieurs choses à la fois. Nous voulons absolument vivre en ayant profité au maximum de tout ce que nous pouvons expérimenter : les derniers sports, les dernières lectures, les dernières sorties, les derniers films, les derniers endroits « à la mode », le dernier restaurant, les derniers, les derniers, les derniers…

Nous sommes comme décentrés, éparpillés, souhaitant remplir notre besace d’expériences, comme si la quantité nous remplissait.

Nous refusons de choisir et voulons tout ! Nous nous dispersons.

Pour nous libérer de la souffrance, il nous faut apprendre à choisir et à persévérer dans une voie.

En écrivant cela, je pense à ces enfants qui commencent un sport en début d’année, puis qui passent à un autre, puis en un autre encore, et qui jamais ne trouvent la réponse à leur besoin.

J’ai rencontré dernièrement un maman qui m’expliquait que sa fille de 13 ans ne trouvait pas le sport qu’elle voulait faire, les expérimentant les uns et les autres, sans jamais parvenir à terminer l’année. Et quand je demandais à la maman quelle activité elle-même pratiquait pour prendre soin d’elle-même, elle me racontait qu’elle avait essayé le pilates, le footing, la nage,… sans jamais parvenir à faire un choix de l’activité à pratiquer…

Pour éliminer les obstacles, il nous faut pratiquer un seul principe à la fois.
Cela demande un forme d’exigence vis-à-vis de soi-même. Cela nous demande de nous centrer sur un objectif, de faire un choix.

Pendant un an, j’ai choisi de continuer à donner des cours de yoga, sans pratiquer le yoga pour moi.
Pendant un an, j’ai choisi de pratiquer la nage avec palmes et de ne pratiquer le yoga, qu’avec mes élèves.
J’avais besoin de prendre ce recul et de me défaire de quelque chose qui représentait mon métier et ma pratique à la fois.
J’ai fait ce choix de mettre de la distance pour mieux ressentir et « digérer ». Je voulais sortir de l’automatisme et de cette croyance que j’avais fait mienne : le professeur doit pratiquer, tel un maître avec ses élèves. Il doit être exemplaire !

Aujourd’hui, après cette année de mise à distance, j’ai remis la pratique au cœur de ma vie et j’organise mon activité en alternant la nage avec palmes, car l’eau est essentielle pour moi, et la pratique sur le tapis.

Finalement, le yoga a intégré ma vie et je pratique tant dans la nage en utilisant la respiration (pranayama), que sur le tapis par les postures et la méditation et surtout dans ma vie quotidienne et dans mon travail.

J’ai fait le choix d’un seul principe : le yoga.

Choisir c’est accepter de mourir à quelque chose pour naître à autre chose.

C’est le principe du yoga. En acceptant, j’accepte de vivre pleinement dans ma cohésion personnelle.

 

Côté coaching :

  • Quel choix dois-je faire pour me sentir posé et uni dans mon cœur et ma tête ?
  • Comment accepter de choisir une direction et non pas la dispersion ?
  • A quel moment suis-je prêt.e à choisir la qualité et non pas la quantité ? Quel impact cela a-t-il pour moi ?

 

Côté yoga : Dvi pada pitham – la table à deux pieds

  • Allongé sur le dos, les pieds repliés écartés de la largeur des hanches, le genoux vers le plafond ;
  • Les bras le long du corps, mains tournées vers le tapis ;
  • A l’inspiration, enfoncez vos pieds dans le sol et décollez les fessiers, le nombril vers le plafond ;
  • A l’expiration, dans la position, laissez le ventre glisser vers vos épaules ;
  • A l’inspiration, repoussez vos genoux vers l’avant ;
  • A l’expiration, tout du long de l’expiration, reposez votre dos vertèbre après vertèbre dans le sol, en essayant de rapprocher vos fessiers de vos talons ;
  • Inspiration, accueillez dans votre poitrine ;
  • Laissez-vous respirer plusieurs fois avant de reprendre dans un mouvement neuf.

Bonne semaine à vous.

Isabelle ABBADIE-BAOUSSON

 

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à vous abonner à ma newsletter en vous inscrivant au bas de cette page.
Merci à vous de diffuser auprès des personnes qui pourraient être intéressées par mes publications.

Image Canva

*Traductions Françoise MAZET – Yoga-Sutras Patanjali – Albin Michel, 1991 – Spiritualités vivantes.

Retour à l'accueil

Pour recevoir mon actualité, inscrivez-vous...

contact@iabcoachingyoga.fr

06 15 25 73 68

174 Avenue Raymond Naves
Bât C
31500 TOULOUSE

Inscrivez-vous à la newsletter

Ces données ne serviront qu'à vous envoyer la newsletter via MailPoet. Données personnelles

Suivez-moi sur les réseaux sociaux