BLOG • ACTUS

Nous créons nos propres obstacles à notre liberté

- Temps de lecture : 3 minutes

Après nous avoir expliqué les voies possibles pour nous libérer de l’emprise de notre mental et atteindre le Samādhi, cet état de pleine conscience et de liberté, Patanjali nous indique que le chemin est rempli d’obstacles.

 

Sutra I.30 – Vyādhi-styāna-samshaya-pramāda-ālasya-avirati-bhrāntidarshana-alabdhabhūmi-katva-anavisthitatvāni chitta-vikshépās té antarāyāh.
« La maladie, l’abattement, le doute, le déséquilibre mental, la paresse, l’intempérance, l’erreur de jugement, le fait de ne pas réaliser ce qu’on a projeté ou de changer trop souvent de projet, tels sont les obstacles qui dispersent la conscience. » *

Vyādhi, maladie, douleur, soucistyāna, abattement dépressionsamshaya, doute, hésitation, incertitudepramāda, déséquilibre mentalālasya, paresse, léthargieavirati, intempérancebhrāntidarshana, erreur de jugement – alabdhabhūmikatva, qui n’a pas atteint son butanavisthitatva, instabilité, inconstancechitta, le mentalvikshépās, distraction, dispersion, ils (les obstacles)antarāyā, obstacle.

 

Touts ces écueils se présentent dans notre vie, les uns liés aux autres ou séparément.

Concernant la maladie, nous savons aujourd’hui que notre état psychologique joue sur notre physique et inversement.

Avec l’étude des neurosciences sur les émotions, nous savons que le stress déclenche des processus au niveau de notre cerveau. Ce dernier émet des informations avec des neurotransmetteurs qui vont permettre à nos organes de sécréter du cortisol, de la dopamine, des endorphines, bref, toutes ces hormones qui jouent un rôle de régulateur de notre système.

Dans notre monde « ultra » rapide, connecté, exigeant,…., nous sommes confrontés à toutes ces tensions et ces déséquilibres qui viennent comme nous dire : « mais quand vas-tu te calmer et prendre soin de toi ? ».

 

Dans le sutra suivant, Patanjali nous donne les conséquences de ces obstacles :

I-31 Dukha-daurmanasya-angaméjayatva-shvā -saprashvāsā vikshépa-sahabhuvah
« La souffrance, l’angoisse, la nervosité, une respiration accélérée, sont les compagnons de cette dispersion mentale ». *

 

Dukha, peine, douleur, souffrance daurmanasya, angoisse, anxiétéangaméjayatva, tremblement shvāsaprashvāsā, inspir/expir (une respiration régulière)vikshépa, dispersion sahabhuvah, compagnon.

 

Patanjali nous décrit ici tous les symptômes que nous allons rencontrer et qui nous indiquent que nous ne sommes pas sur la voie de notre liberté intérieure.

Ce sont ces indicateurs que nous connaissons bien et qui nous mènent sur le chemin des conditionnements : la peur de souffrir, le besoin de contrôler.

Ce qu’il est important de dire, c’est que Patanjali aurait vécu environ 200 ans avant notre ère. Donc, il a décrit ces obstacles voici plus de 2200 ans et rien ne semble avoir changé !

C’est en cela que les yoga-sutras de Patanjali représentent un vrai traité de philosophie et de psychologie. À cette époque, déjà, il indiquait une voie pour trouver la paix intérieure, et nous sommes encore en chemin… Finalement, l’humain n’a pas tant évolué sur la voie de la liberté intérieure.

Cela nous amène à persévérer. Il nous reste une voie. Elle consiste à expérimenter sur notre tapis les bienfaits de la pratique pour apprendre à écouter notre corps et lire ce que nous dictent nos tensions et symptômes.

C’est pourquoi, cette semaine, je vous propose des actions côté coaching et côté yoga.

 

Côté coaching :

  • Quels sont les obstacles, physiques ou psychologiques qui me sont propres ?
  • Que fais je quand je ressens une douleur, dans mon corps ?
  • Quelle interprétation je donne aux souffrances que je perçois dans mon organisme ?
  • Est-ce que je sais m’écouter quand je me fais mal ?
  • Ou, au contraire, est-ce que j’ai tendance à « trop m’écouter » ?
  • Comment la prise de conscience des obstacles qui apparaissent sur mon chemin m’aide-t-elle à alléger les tensions qui m’habitent ?
  • Les obstacles sont-ils des outils pour progresser sur ma voie de développement personnel ?

 

Côté yoga :

  • Allongés en shavasana, sur le dos.
  • Laissez-vous déposer sur le tapis ;
  • Relâchez les tensions qui se présentent. Où les ressentez-vous ? Que vous disent-elles de vous au moment où vous les observez ?
  • Portez l’attention au bout de votre nez, à l’entrée de vos narines ;
  • Observez l’inspiration et l’air qui rentre et qui remplit vos poumons ;
  • Accueillez l’expiration pour venir détendre les zones tendues ;
  • Laissez la sensation douloureuse vous « traverser » pour libérer les tensions dans vos muscles et la partie de votre corps concernée ;
  • Observez comment les contractions se dénouent par la respiration. Elle agit comme si l’expiration était un « baume décontractant » sur la zone fragilisée.
  • Si vous en éprouvez le besoin, laissez-vous bailler ;
  • Enfin, lorsque vous souhaitez quitter la posture, étirez-vous doucement, asseyez-vous doucement puis redressez-vous avant de reprendre une activité.

Bonne semaine à vous.

Isabelle ABBADIE-BAOUSSON

 

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à vous abonner à ma newsletter en vous inscrivant au bas de cette page.
Merci à vous de diffuser auprès des personnes qui pourraient être intéressées par mes publications.

Image Canva

*Traductions Françoise MAZET – Yoga-Sutras Patanjali – Albin Michel – Spiritualités vivantes.

 

 

Retour à l'accueil

Pour recevoir mon actualité, inscrivez-vous...

contact@iabcoachingyoga.fr

06 15 25 73 68

174 Avenue Raymond Naves
Bât C
31500 TOULOUSE

Inscrivez-vous à la newsletter

Ces données ne serviront qu'à vous envoyer la newsletter via MailPoet. Données personnelles

Suivez-moi sur les réseaux sociaux