BLOG • ACTUS

L’éveil peut s’acquérir pour qui veut prendre le chemin

- Temps de lecture : 3 minutes

Certaines personnes connaissent l’éveil dès la naissance et naissent éveillés. Ces êtres montrent une intelligence hors du commun dans la compréhension du monde et de l’humain. Ils sont souvent des guides pour qui croise leur chemin. C’est ce qui nous était présenté dans le sutra précédent.

Dans celui qui suit, la voie à suivre est expliquée pour les autres. Ceux qui souhaitent prendre le chemin.

I.20 Shraddhā-vīrya-smriti-samādhi-prajnā-pūrvaka itareshām.
« Les autres connaissent le Samādhi grâce à la foi, l’énergie, l’étude et la connaissance intuitive. »*

Dans ce sutra, Patanjali revient sur Abhyasa, la pratique intense, qu’il va développer dans les sutras suivants.

Shraddhā, foi – vīrya, énergie, force, courage – smriti, mémoires, écritures sacrées – samādhi, état de conscience, concentration – prajnā, la connaissance parfaite – samādhi- prajnā, conscience absolue – pūrvaka, qui vient de, antérieur – itareshām, pour les autres.

 

La foi ou croire ?

C’est le sujet de toute une vie pour certains : avoir la foi, c’est quoi ?
La foi n’est pas que religieuse.
Parfois, nous confondons les deux : foi et religion.

Avoir la foi, c’est ce qui nous porte et nous donne l’énergie d’agir. Dans la foi, nous ne doutons pas de la vérité.

Avoir la foi, ce n’est pas avoir une croyance aveugle qui peut nous amener à faire n’importe quoi, à suivre des idéaux que nous faisons nôtres et qui nous amènent à notre perte.

La foi nous donne l’énergie d’agir et d’avancer, mais aussi de comprendre et d’accepter de se défaire de nos croyances limitantes.
Par l’apprentissage des textes et aussi par la découverte de soi et de nos fonctionnements, la foi nous donne le courage de continuer quand nous doutons. C’est elle qui nous permet de nous relever après un échec ou une épreuve pour continuer la route.

Une croyance, au contraire, ce serait de penser que nous ne rencontrerons pas de revers sur le chemin, parce que nous croyons avoir la foi. En conséquence nous risquerions, en refusant l’échec, de ne pas parvenir à le surmonter.

Frédéric LENOIR dit que la foi en Dieu surgit souvent après une épreuve :  « Oui, c’est une expérience fréquente. Lorsque tout à coup la maladie arrive, un proche décède, une angoisse nous étreint, on entre dans une église, on prie, on s’interroge. »

Cependant, ce n’est pas seulement dans l’adversité que la lumière apparaît. Il complète : « mais la foi en Dieu peut aussi être réveillée par un événement positif : on se sent soudain unifié, on a le sentiment de s’accomplir, on est saisi par la beauté d’un paysage ou d’une rencontre amoureuse. On éprouve alors un immense sentiment de gratitude envers l’Absolu. »

Notre foi s’exprime dans tous les actes de notre vie.
Nous pouvons avoir la foi dans notre capacité à créer, à être, à vivre.

Un sportif doit avoir la foi pour réussir des compétitions. Une conviction qui amène le champion à se remobiliser pour la course ou le match suivant, surtout après un échec.

Avoir la foi, pour un patron qui gère son entreprise, c’est garder le cap et mettre l’énergie nécessaire au maintien de son activité et la pérennisation des emplois de ses salariés dans les moments de doutes et de difficultés financières. Quitte à se faire accompagner pour passer le cap.

Nous avons tous cet Absolu en nous, faut-il laisser la conscience s’exprimer !
Laisser notre intuition nous guider.

Pour moi, avoir la foi, c’est faire confiance à la Vie, quoiqu’il advienne ! Dieu est Vie, la source de toute chose.

Le mystère de la foi ne serait-il pas synonyme de mystère de la Vie ?

 

Et le sutra suivant  nous précise :

I.21 Tīvra-samvégānām āsannah.‘
« Il (le Samādhi) est accessible à ceux qui le désirent ardemment. »*

Tīvra , intense, ardent – samvéga, élan – āsanna, atteindre, réussir, obtenir

Celui-ci nous ramène à abhyasa, la volonté de faire et ne pas se détourner de l’objectif.

Qui veut peut !

Notre volonté et notre persévérance sont mises à l’épreuve. Maintenir le cap vers la destination finale : la destinée que nous nous traçons. Et savoir lâcher prise, parfois, pour prendre du recul.
Un juste équilibre à trouver.

 

Côté coaching :

  • La foi et la confiance en soi étant liées, comment les aider à se développer ?
  • Comment accompagner un.e collaborateur.trice, un enfant, ou encore un.e collègue à développer leur confiance en eux ?
  • Comment renforcer la foi en nos capacités ou celles de nos élèves ?
  • Que mettre en place pour développer l’ardeur et maintenir l’enthousiasme ?

 

Côté yoga :

  • La pratique régulière d’une salutation au soleil, à notre propre rythme de respiration, peut aider à développer la confiance en soi et renforcer le contact avec notre Essence.
  • La régularité de la pratique permettra de donner la régularité nécessaire à notre développement.

Bonne semaine à vous.

Isabelle ABBADIE-BAOUSSON

 

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à vous abonner à ma newsletter en vous inscrivant au bas de cette page.
Merci à vous de diffuser auprès des personnes qui pourraient être intéressées par mes publications.

Image Canva

*Traductions Françoise MAZET – Yoga-Sutras Patanjali – Albin Michel – Spiritualités vivantes.

** https://www.fredericlenoir.com/grands-entretiens/dou-vient-la-foi/

Retour à l'accueil

Pour recevoir mon actualité, inscrivez-vous...

contact@iabcoachingyoga.fr

06 15 25 73 68

174 Avenue Raymond Naves
Bât C
31500 TOULOUSE

Inscrivez-vous à la newsletter

Ces données ne serviront qu'à vous envoyer la newsletter via MailPoet. Données personnelles

Suivez-moi sur les réseaux sociaux